L’interview Tilyo de Deborah, co-fondatrice de Doo Doo It Yourself

Des huiles botaniques comestibles pour mieux gérer son stress
Ils parlent de nous :

Des formules uniques à base de CBD et de plantes adaptogènes

2Fichier 1
100% naturel
2Fichier 3
Made in France
2Fichier 5
Novateur
100% légal
2Fichier 7
Comité scientifique

Aujourd’hui, c’est Deborah Bete, directrice de son agence de marketing d’influence et co-fondatrice de Doo Doo It Yourself, la marque qui aide les enfants à intégrer les gestes éco-responsables, qui répond à nos questions !

 

Quel est ton souvenir de sérénité le plus marquant et le plus lointain, si tu t’en souviens ? 

 

De sérénité ? Alors moi, je ne connais que le stress ! La sérénité ne fait plus partie de ma vie depuis très longtemps. J’ai été pendant très longtemps une très très grande stressée. J’ai eu une enfance difficile, avec mon petit frère qui était très malade, j’ai très vite été confrontée au stress.

 

C’est donc la première fois que j’ai fait de la méditation, accompagnée d’une application que j’ai vraiment ressenti une sorte d’apaisement intérieur. Comme si tout ce qui était à l’intérieur de moi se mettait au ralenti, mais avec du plaisir. J’avais testé des exercices de respirations, la première fois où je me suis sentie bien, légère. »

 

Comment as-tu découvert le stress ?

 

Mon premier souvenir de stress, c’est lorsque j’étais en dernière année de maternelle, j’avais 5 ans. Je pleurais beaucoup parce que, justement, mon frère se faisait opérer du coeur. J’avais peur qu’il meure. Mon premier souvenir d’enfance, c’est celui-là, et je pense que c’est un souvenir de stress. Par la suite, j’ai toujours été très stressée: j’avais peur d’avoir de mauvaises notes et de ne pas réussir mes examens quand j’étais jeune adulte. J’étais beaucoup dans le contrôle. Je suis quelqu’un d’hyper stressée en fait.

 

Je n’avais pas du tout conscience qu’on pouvait gérer le stress avec le sport ou avec la méditation. Ce que je faisais, c’est que je me préparais un maximum. Et c’est encore ce que je fais aujourd’hui, quand j’ai des situations stressantes, même si maintenant, je rajoute d’autres éléments que j’ai appris à gérer. Je continue quand même à beaucoup me préparer. Par exemple, quand j’ai pitché pour Pépinière 27, j’ai révisé, j’ai écrit, j’ai répété en me chronométrant, je me mettais en situation.

 

Aujourd’hui, j’identifie le besoin d’efforts en fonction du résultat attendu. C’est-à-dire que je ne veux pas tout le temps être la meilleure et la première dans tout. Parfois, être juste moyenne ça peut simplement suffire. J’identifie vraiment quel est mon besoin de résultat, et en fonction de celui-ci, j’augmente ma période de préparation. De toute façon, je fonctionne toujours avec des rétro-plannings, avec des étapes de validation du suivi du rétro-planning ou d’ajustement. Pour moi, la planification c’est l’une des choses qui me permet de gérer le stress au quotidien.

 

Est-ce que tu es d’accord pour raconter un événement qui a changé le cours de ta vie ?

 

La naissance de ma fille a forcément changé le cours de ma vie. Au-delà du fait que j’étais très heureuse d’avoir un enfant, j’ai toujours eu beaucoup d’ambition, je suis quelqu’un de très ambitieux. Quand je fais quelque chose, paradoxalement avec ce que je viens de dire, je veux être la meilleure. Je travaillais dans une grande marque de luxe, j’avais un très beau poste. Ce n’était pas un poste haut placé parce qu’à l’époque, j’avais un bac +2. Mais j’avais quand même un poste à responsabilités où on embauchait à bac +5. J’ai donc eu ma fille, ça c’est très bien passé. À mon retour, il y avait une femme qui m’embêtait beaucoup comme avant d’avoir ma fille, mais a cette époque j’étais forte, il n’y avait pas de soucis. Et quand je suis revenue, j’étais fatiguée à cause de mon bébé, j’avais repris à 3 mois, j’étais donc fragilisée. Et à ce moment-là, ce qu’elle faisait avait plus d’impact sur moi, et j’ai fait ce qu’on appelle un burn-out. J’ai été hospitalisée pendant 3 mois, j’ai eu encore trois mois d’arrêt à la suite de ça. Puis, j’ai repris mon travail, et ça n’a plus jamais été pareil, ça m’a appris à ne pas vouloir être la première de la classe. 

 

J’ai appris et j’apprends encore à relativiser sur le niveau de qualité qu’on attend de moi. Quand j’étais petite et que je ramenais un 19/20 à la maison, c’était jamais bien. Du coup pendant de nombreuses années, j’étais formatée comme ça. C’est terrible de dire ça, mais j’apprends à avoir un niveau d’exigence qui est un petit peu moindre. Ce qui ne m’empêche pas de faire le meilleur boulot du monde. D’ailleurs, j’ai passé mon M2 par la suite, c’est parce que j’étais dans cette approche de – on rationalise en fonction de son temps et de ses objectifs -, que j’ai pu avoir une famille, un travail et des études pour passer un M2, par exemple.

 

Depuis cet événement, comment fais-tu pour gérer ton stress au quotidien ? As-tu une routine ? Des tips ?

 

Je fais très souvent de la méditation, plutôt le soir, et en journée si le besoin s’en fait sentir. Quand j’ai des périodes de grosses activités, paradoxalement, je fais plus de médiation et je prends moins de temps pour travailler, mais plus de temps pour gérer mon stress. Ça me permet d’être plus efficace. Je peux en faire le matin, au réveil, quand j’ai besoin d’un coup de boost. Je fais aussi beaucoup d’exercices respiratoires, pas trop de visualisation. Je me rappelle généralement que je ne suis ni chirurgien cardiaque, ni pilote de ligne.

 

Selon toi, est-il possible d’être entrepreneur et d’avoir une vie sereine ?

 

Non ! Il faut accepter d’avoir un niveau de stress légèrement plus élevé. Après, ce qu’il est possible de faire, même si j’apprends encore et que ça fait 6 ans que je suis entrepreneur aujourd’hui, c’est de me laisser un peu plus porter, à lâcher un peu plus prise. C’est-à-dire que si ça passe, ça passe et si ça ne passe pas, ça ne passe pas. Il faut relativiser ! Dans les tips, je me récite souvent la prière des alcooliques anonymes, qui est qu’on apprend à accepter ce qu’on ne peut pas changer, à avoir le courage et la force de changer ce qu’on peut changer et la sagesse de reconnaître l’un de l’autre.

 

On est responsable de tellement de choses, on a des salariés, on doit leur donner de l’argent à la fin du mois pour qu’ils puissent faire vivre leur famille, déjà rien que ça c’est énorme. Savoir que je dois payer mes collaborateurs, c’est une vraie fierté, mais c’est aussi une pression. On a une pression en permanence. On passe son temps à gérer des incendies. Il n’y a pas eu une journée où je n’ai pas géré un incendie. On règle des problèmes dont on ne savait pas qu’ils allaient exister et qu’on ne savait pas qu’on pouvait les régler, mais on le fait quand même. Entrepreneur ce n’est pas simplement aller sur le plateau de BFM TV pour dire que j’ai levé 3 millions d’euros. Les vrais entrepreneurs, au quotidien, les artisans, les TPE, les PME, c’est aussi remplir son carnet de commandes, faire du bon travail pour ses clients et payer ses salariés à la fin du mois. C’est assez basique.

Pour en savoir plus sur Deborah et Doo Doo It Yourself :

Partager cet article
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Sur le même sujet...

Tips

L’interview Tilyo de Michel Khoury

Aujourd’hui, c’est Michel Khoury, l’un des influenceurs et coach LinkedIn les plus influents, qui répond à nos questions ! Quel est ton souvenir de sérénité le plus marquant et le plus lointain, si tu t’en

Les avis de nos clients

5/5

Notre comité scientifique

Tilyo c’est une équipe d’experts, amoureux des plantes et des émotions.

Valentine cabanel

Naturopathe / Docteur en Pharmacie / Experte en micro nutrition.

« Accepter que je peux être stressée dans certaines situations ; me réguler avec le yoga et me reconnecter à ma respiration pour me recentrer ! »

Claire Bonvalet

Technicienne / praticienne en gestion du stress.

« Profiter du moment présent et savourer les petits bonheurs de ma journée. »

Beatrice Bussac

Naturopathe / Docteur en Pharmacie / Experte en phytothérapie

« Je lâche prise en descendant dans mon puits intérieur et me ressource en y retrouvant le coin de ciel bleu qui m’invite toujours à aller au delà … »

Notre blog

Interviews, témoignages, conseils, culture,
partages, expériences... Nous voulons
parler du stress et de nos émotions sans tabou !

L’interview Tilyo de Gaspard, cofondateur et CEO de Baga

Aujourd’hui, c’est Gaspard Duval, cofondateur et CEO de Baga, la marque aux boissons apaisantes aux extraits de CBD, qui répond à nos questions !  …

Lire la suite »

L’interview Tilyo de Michel Khoury

Aujourd’hui, c’est Michel Khoury, l’un des influenceurs et coach LinkedIn les plus influents, qui répond à nos questions ! Quel est ton souvenir de sérénité…

Lire la suite »

L’hiver, le sommeil et le stress

Pendant l’hiver, notre organisme souffre… Entre manque de luminosité, changements de températures et virus, on se sent souvent fatigué et affaibli. Audrey Ponceau, naturopathe et…

Lire la suite »

Rejoignez notre communauté

Les actualités Tilyo dans votre boîte e-mail

@tilyo.co

Sur instagram