Aujourd’hui, c’est Erika Fogeiro qui nous parle de son rapport au stress. Après avoir passé 10 ans dans l’industrie de la beauté et du bien-être, elle décide de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale avec sa marque de compléments alimentaires beauté, Combeau.  

Quel est ton souvenir de sérénité le plus marquant ? Ton souvenir le plus lointain aussi ? 

Si je dois me souvenir de la dernière fois où j’ai été sereine je pense que je dirais le Canada, quand j’y ai vécu pendant 3 mois. C’est en étant loin de tout et de toutes mes obligations professionnelles que j’ai eu un sentiment de déconnexion et par conséquent de sérénité. Concernant le plus lointain, c’est sans doute à la campagne chez mes grands-parents, quand j’y passais mes étés et où ils m’apprenaient à jardiner. C’est un souvenir que j’essaye de me remémorer le plus souvent. 

Comment as-tu découvert le stress ?

De la même manière que pour la sérénité, je pense que le stress évolue avec l’âge. Donc je pense que la première fois où je l’ai ressenti c’était quand j’avais des compétitions de gymnastique rythmique. Il ne s’agissait pas d’un mauvais stress, mais à l’époque je ne trouvais pas que cette sensation était évidente à gérer, ce n’était pas dans ma nature. 

L’autre souvenir de stress marquant est lié au travail, j’ai eu beaucoup de responsabilités très vite pour développer des innovations dans de grands groupes cosmétique et de luxes et pour le coup ça a vraiment pas été facile à gérer, il ne s’agissait plus du bon stress que j’avais pu connaître. 

Comment gères-tu ton stress au quotidien ?

Compte tenu de mes expériences précédentes, je dirais que je me suis “réconciliée” avec mon stress ou du moins, j’ai appris à vivre avec. Comme j’ai lancé ma propre entreprise, il est évidemment présent mais il ne m’accable pas et tant qu’il reste dans une dose raisonnable je considère que c’est gérable. 

A vrai dire, je n’ai pas de conseils particulier, ma méthode c’est de rationaliser les choses et de me dire que dans la vie on ne maîtrise pas tout. Par exemple, l’année dernière je devais lancer Combeau début mars, j’avais déjà 3 articles dans la presse, mais malheureusement j’ai dû retarder le lancement à cause du covid. A ce moment-là j’ai rationalisé la situation en me disant que effectivement ce n’était pas optimal, mais que ce n’était pas non plus grave et que tout se passerait bien. Je dois bien reconnaître que je me suis auto surprise à cette époque (rire). 

Quels sont tes outils pour mieux gérer ces accélérations ?

Mes rituels du quotidien, le matin quand je me lève je prends du temps pour moi. Je lis, je me change les idées, je fais du sport etc. Et le soir c’est pareil, je fais autres choses, je me déconnecte, c’est le meilleur moyen pour gérer le stress. En plus et sans vouloir me faire de publicité, dans les produits Combeau il y a du safran et je sens vraiment que ça m’aide à gérer mon stress. L’organisation que je m’impose au quotidien est, elle aussi, très importante. 

A ton avis, est-ce possible d’être entrepreneur et d’avoir une vie sereine ?

Je ne suis pas particulièrement stressée mais par contre je ne suis pas certaine que la réponse soit oui. En tant qu’entrepreneuse, il faut accepter que sa routine soit faite de haut et de bas. Il faut mettre à l’épreuve sa capacité d’adaptation. Si tu arrives à jongler entre tout ça et à ne pas mélanger vie professionnelle et vie personnelle alors oui, être entrepreneur et avoir une vie sereine c’est compatible. Personnellement je pense que c’est un travail qui s’apprend sur plusieurs années. Et c’est d’autant plus dure pendant la période que nous traversons. En fait ce qui est compliqué c’est que ton entreprise ne te quitte jamais vraiment, c’est toujours dans un coin de ta tête, donc il faut apprendre à déconnecter et savoir ne pas en parler. Même si ça peut paraître bizarre ça m’arrive de demander à mes proches à ce qu’on n’en parle pas pour que je puisse prendre une pause et penser à autre chose. 

As-tu vécu une expérience stressante qui a changé ton mode de vie ?

J’ai pas connu un épisode stressant en particulier, en fait c’est en entrant dans le monde du travail que le stress a pris une place dans ma vie. Donc je pense que ce qui compte c’est d’essayer, tous les jours, d’améliorer son rapport au stress.