Nous avons le plaisir de vous présenter Marie-Hortense. A 31 ans, cette jeune entrepreneuse fan de kitesurf et d’adrénaline est bien partie pour révolutionner la parfumerie en la rendant clean et transparente grâce à sa marque de parfums : Bastille.

Quel est ton souvenir de sérénité le plus marquant ? Ton souvenir le plus lointain aussi ? 

Le plus marquant, c’était à une retraite religieuse que j’ai faite chez des moines qui vivent au mont Saint Michel. Je suis croyante, et je trouve que la vie monastique est vraiment fascinante ! Il s’en dégage beaucoup de calme, d’apaisement et de lumière. Ce que je préférais là-bas c’était les réveils. Le soleil qui se lève doucement sur la baie du mont Saint Michel complètement vidée de ses touristes, et accompagnée du chant des moines. C’est sans aucun doute l’endroit où je me sens le plus sereine ! 

Pour le plus lointain, je dirai un souvenir d’enfance, dans ma maison de famille, chez mes grand-parents. J’avais 6 ou 7 ans et je passais mon temps allongée dans l’herbe, à écouter le bruit du vent dans les feuilles !

Comment as-tu découvert le stress ?

Je pense l’avoir découvert très tôt, à tel point que je ne pourrais pas mettre une date dessus ! Bien que très optimiste, j’ai toujours été anxieuse de nature. Mais en me lançant dans l’aventure entrepreneuriale, je dois dire que j’ai découvert le degré suprême du stress : c’est vraiment un sacré défi !

 Comment gères-tu ton stress au quotidien ?

La meilleure des manières que j’ai trouvée pour gérer mon stress est de supprimer les notifications, et aussi de m’accorder des pauses. Quand je sens que je ne contrôle plus et que la pression prend le dessus, je m’arrête, je sors, je vais prendre l’air, puis je reviens. En fait j’ai remarqué qu’il fallait que je fasse quelque chose des mains dans ces moments-là, comme de la cuisine par exemple ! 

Quels sont tes outils pour mieux gérer ces accélérations ?

Pour mieux gérer les accélérations, j’utilise de l’huile essentielle de lavande et la méditation. Avant une réunion ou un call important, ça m’arrive de faire un mini break de méditation pour faire descendre la pression. 

A ton avis, est-ce possible d’être entrepreneur et d’avoir une vie sereine ?

Je pense que ça doit être possible mais pas pour moi (rire). En fait, tout est une question de caractère. Je pense que si l’on est très stressé de nature il faut éviter d’être entrepreneur : c’est quand même un métier où il faut aller chercher son succès avec les dents. Je crois que les entrepreneurs ne dorment que d’un œil, et ça même quand tout va bien : notre boîte est toujours dans un coin de notre tête. 

En revanche, je pense que l’on peut très bien apprivoiser le stress et apprendre à vivre avec, voir à en faire une force. Par exemple, la pression ne m’empêche pas de prendre de bonnes décisions.

As-tu vécu une expérience stressante qui a changé ton mode de vie ?

Je crois que c’est l’expérience de ma vie parisienne actuelle qui est en train de changer mon mode de vie ! Paris c’est un peu plein de petites agressions. Quand je rentre à Paris je suis tout de suite stressée : à la fois par l’air très pollué (sans parler des odeurs, quand on travaille en parfumerie ce n’est pas un plaisir…), par le monde, je trouve que la ville est devenue très anxiogène. C’est pour ça que j’essaye d’être au moins un quart de mon temps ailleurs, comme en Bretagne par exemple !