Il n’est pas évident de prendre soin de soi. Pas le temps, pas l’énergie, ou la croyance qu’« il ne faut pas s’écouter » et plutôt faire passer les autres d’abord.  Pourtant, s’aimer et se choyer est sans doute la meilleure manière d’aller bien, pour soi et autrui. Mais alors, comment prendre soin de soi mentalement, physiquement et émotionnellement,  dans un monde qui bouge ?  

Ah l’Amour… Tant de choses tournent autour de lui. On ferait tout pour nos enfants, notre partenaire, nos amis. Quitte à oublier celui ou celle qui devrait être le premier objet de notre affection : nous-même. Paradoxalement, beaucoup d’entre nous sommes bien incapables de prendre soin d’eux. S’accorder du temps, de l’écoute, de la bienveillance, se donner du plaisir : ce que l’on fait si facilement pour autrui, pourquoi a-t-on tellement de mal à se l’offrir à soi-même ? Et si, pour apprendre à gérer son stress et son anxiété, il suffisait juste de commencer à être notre propre meilleur ami ? Prendre soin de soi pour prendre soin des autres, en somme. Valentine Cabanel, naturopathe et docteur en pharmacie, nous donne quelques clés pour cultiver l’amour de soi et aller mieux. Pour soi, et pour les autres. 

 

Le self-care, c’est quoi ?

Ce terme anglais devenu très à la mode désigne l’ensemble des démarches que l’on effectue pour prendre soin de notre santé mentale, émotionnelle et physique. 

Les instagrameuses et influenceuses mettent en scène leurs massages, les après-midis spa, la préparation de smoothies, leurs sessions méditations dans la forêt –  et cela prête parfois à sourire.

Mais au-delà de la caricature, le self-care est tout simplement l’envie d’aller bien et de se faire du bien. C’est écouter son corps, et écouter ses besoins. Une sorte d’attention salvatrice prêtée à soi-même, une démarche positive d’amour de soi qui permettent d’avancer dans la vie plus sereinement. 

 

Pourquoi doit-on apprendre à bien s’occuper de soi ? 

Cela paraît absurde, mais nous sommes rarement notre propre priorité. Tellement de choses et de gens passent avant nous dans nos quotidiens accélérés que l’on a tendance à s’oublier. « Beaucoup de gens pensent encore que ‘s’écouter c’est mal’ », analyse Valentine Cabanel. « Prendre soin de soi devrait être une évidence, mais en réalité, cela n’est pas inné. Incroyablement, on préfère parfois carrément se faire du mal. 

Même avec une famille, des responsabilités, un agenda surchargé, il faut d’abord être bien avec soi-même pour être bien avec les autres, sinon on n’est ni de bons conseils, ni de bonne compagnie. C’est comme dans une relation amoureuse : pour être aimé, il faut d’abord s’aimer ».

 

Comment prendre soin de soi ?

1/ Prendre conscience de ses besoins

« La première étape, c’est la prise de conscience et le désir de changement. À partir de ce premier petit pas en avant, les autres s’enchaîneront, l’un après l’autre, naturellement », poursuit Valentine Cabanel. Souvent, le déclic de cette prise de conscience intervient à la suite d’une maladie, la nôtre ou celle d’un proche : mais mieux vaudrait ne pas attendre d’être malade pour prendre soin de soi.

 

2/ Cesser de se trouver d’excuses

« Les gens se disent souvent qu’ils n’ont pas le temps de prendre soin d’eux, poursuit Valentine. Ils ne veulent pas patienter, et préfèrent prendre un médicament qui fera certes de l’effet rapidement, plutôt que d’oser changer leurs habitudes. Ils attrapent un rhume et veulent aller mieux tout de suite, sans se dire que tout virus s’installe sur un terrain propice. Mieux vaudrait explorer les autres options en amont ». 

 

3/ Se faire aider

De nombreux professionnels sont dédiés au bien-être. Psychologues, nutritionnistes, coachs sportifs peuvent apporter des solutions pour lutter contre l’anxiété et atteindre une certaine sérénité.   

D’autres proposent des approches plus complètes et traitent l’individu dans son ensemble. C’est le cas des naturopathes.

Un naturopathe, c’est quoi ? C’est un coach bien être qui vise à rééquilibrer le corps de façon physique et mentale. Le but est de comprendre la personne et son organisme de façon globale, selon son tempérament, sa morphologie, sa manière de parler. Ensuite, le professionnel élabore un programme sur mesure, notamment alimentaire – mais pas seulement – et donne des conseils bien-être adaptés à chaque individu. 

 

4/Changer de point de vue sur soi-même

« Il faut comprendre que prendre soin de soi, c’est faire un investissement sur son futur et sur soi-même. On parle d’écologie de soi’ : considérer son corps et son esprit comme une plante ou une planète à soigner. Plus on va prendre soin de soi, moins on aura de maladies modernes, les maladies métaboliques. On prendra moins de médicaments, on se sentira mieux, on vieillira mieux. Logiquement, lorsqu’on est engagé dans cette démarche, un cercle vertueux s’enclenche : on est plus sensibilisé(e) à l’environnement, on fait attention à sa production de déchets de plastique, à ce qui pollue. On s’inscrit dans un tout.

 

Comment prendre soin de soi au quotidien ?

Selon Valentine Cabanel, les principaux domaines d’intervention sur lesquels s’appuyer pour prendre soin de soi, en cultivant à la fois son bien-être physique et mental, sont les suivants :

 

1/ Améliorer son alimentation 

Le bien-être dans sa globalité passe par une bonne alimentation, c’est une la base essentielle. Les micronutriments, les vitamines, les minéraux, les Omega 3, les acides gras poly et mono insaturés ainsi que les fibres sont importants pour construire notre immunité et nous assurer de meilleures défenses

 

A contrario, certains aliments ne nous font clairement pas du bien : les acides gras, les produits industriels et laitiers, les céréales ultra transformées ont un effet inflammatoire sur notre système digestif. Nous les digérons mal. Ces produits ne sont pas conformes à notre métabolisme. Ils peuvent même provoquer des troubles de l’humeur. 

 

Au cours des 50 dernières années, l’industrialisation a conduit au boom de l’agro-alimentaire et a profondément modifié ce que nous mangeons. Mais notre corps n’a pas encore eu le temps de s’adapter à ces changements : cela prend des milliers d’années pour que nos enzymes métaboliques apprennent à intégrer ces nouveaux types d’aliments. En attendant, cela crée des inflammations, des allergies, des maux de ventre variés, voire, des maladies

 

Voilà pourquoi il faut revoir notre cuisine, limiter le sucre blanc et les farines industrielles, privilégier les ingrédients complets, les produits laitiers végétaux. Bien sûr, il faut trouver un équilibre : pas tout remplacer du jour au lendemain, mais commencer par diminuer leur consommation. 

 

Les organes travaillent deux fois plus et moins vite, ils manquent de micro nutriments. Bien manger, c’est donner du bon carburant à son corps. 

 

Il faut aussi prendre l’habitude de manger plus lentement, pas en 10 minutes sur un coin de bureau, mais en prenant conscience de soi et de ce que l’on ingère. Cette démarche est également essentielle pour savourer pleinement son repas et en faire un véritable moment de plaisir. 

 

2/ Prendre soin de son corps

Comment prendre soin de soi physiquement ? Par le sport évidemment ! L’activité physique est primordiale pour se sentir bien. Elle permet de libérer le stress, d’oxygéner le corps, de se détoxifier. Certaines personnes qui ne souhaitent pas s’engager dans un travail psychologique trouvent dans le sport un moyen de libérer leurs tensions nerveuses, de ne plus penser, de lâcher prise, de faire une pause. 

 

Se toucher, se masser – soi-même ou avec un professionnel – s’accorder ces plaisirs est également crucial, même si l’on est encore peu éduqués à cela. Cela demande certes un investissement personnel et financier, mais il s’agit tout simplement de miser à long terme sur soi-même

 

3/ S’accorder du temps pour soi 

En vacances, on se sent toujours mieux, n’est-ce pas ? C’est parce qu’on prend le temps de se poser, on oublie la montre, on se relaxe, on digère mieux, on va mieux à la selle, bref, notre système nerveux retrouve son équilibre. Même dans notre quotidien parfois pressé, il faut trouver une façon de se consacrer du temps, sans culpabiliser. Relâcher la pression fait toujours du bien. Et accepter que cela peut prendre du temps, nous n’allons pas tous au même rythme. Notre corps nous parle, il faut apprendre à l’écouter. 

 

4/ Écouter ses émotions

La méditation est aussi une aide précieuse. Aller marcher dans la nature, enlever ses chaussures et sentir ses pieds dans la terre, éprouver le contact avec le sol, visualiser son poids sur une chaise si on est assis, les cuisses, les fesses, l’équilibre de la tête, la colonne vertébrale, regarder ses pensées : bref, renouer avec ses sensations, voilà qui aide à se reconnecter et à atteindre l’harmonie. La sophrologie et l’hypnose sont aussi des outils merveilleux favorisant le bien-être émotionnel.

 

Il est important aussi d’apprendre à penser positivement. C’est très dur au début, mais c’est très important de reformuler les situations de façon positive. En laissant venir le négatif et en le retravaillant de façon positive, on attire finalement le positif à soi. 

Laisser un commentaire